18 products 
Dans ma ville
11 €

Dans ma ville les bâtiments parlent, leurs murs chuchotent. Dans ma ville les parcs crient mais il n'y a pas de vent. Dans ma ville les créatures difformes rampent, s'accouplent et n'émettent aucun son, jamais, pourtant je les entends. Elles hurlent dans mon crâne. Je veux te faire passer d'un poème en vers à de la prose, à une lettre jamais envoyée, à une conversation happée dans la rue. Je veux que tu aimes tourner ces pages.
C'est tout.

De la neige pour Suzanne
New
De la neige pour Suzanne
18,90 €

Eté 2016. Après une adolescence joyeuse dans un foyer de la classe moyenne supérieure et deux expériences professionnelles douteuses, Clément Osé cherche toujours le sens de sa vie. Tenté comme d'autres par le grand large, il enfile son sac à dos et part un an glaner des réponses sur la route. Quand il rentre chez lui, à 27 ans, il est déterminé à changer de vie, radicalement. Il rêve de campagne, de simplicité, et part seul rejoindre une ferme collective écoconstruite et décroissante dans le Béarn.
Au sein de cette communauté, sur une colline face aux Pyrénées, le dépaysement est total : réunions émotionnelles, habitat bioclimatique, communauté intergénérationnelle... Cette nouvelle vie le conforte dans sa quête d'autonomie et de sobriété, heureuse. L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais la démarche autobiographique de Clément Osé n'est pas d'écrire un conte de fées alternatif : il livre le témoignage sans concessions d'une expérience inspirante, riche, mais parfois difficile et éprouvante.

Cet aller pour la terre lui fait prendre conscience que l'autonomie en marge du monde est illusoire. Ce vécu reste néanmoins une expérience de vie salutaire pour réfléchir à ce que pourrait être, en ce début de XXIe siècle, la lutte pour défendre la beauté du monde.

Georges Brassens - Premières chansons (1942-1949)
14 €

Nouvelle édition du livre Premières chansons C'est en 1938, année de ses 17 ans, que le jeune Georges a vraiment commencé à écrire des chansons. En 1942, pour les protéger, il a passé le concours d'entrée de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique). Admis comme parolier, il y a déposé, entre 1942 et 1949, les textes des soixante-huit chansons qui sont ici réunies. Elles sont publiées dans l'ordre où Brassens les avait recopiées de sa main dans deux cahiers d'écoliers.
Seules quatre de ces soixante-huit chansons sont passées à la postérité : Maman, Papa ; Le bricoleur ; Les amoureux qui s'bécott' sur les bancs publics ; et J'ai rendez-vous avec vous. Les soixante-quatre autres, Brassens ne les a jamais chantées en public ni enregistrées en studio. Elles étaient restées inédites jusqu'à la publication de ce recueil : Personne ne saura jamais ; Le bon Dieu est swing ; Souviens-toi du beau rêve ; Je pleure ; Loin des yeux, loin du coeur ; Paris s'est endormi, etc.
Dans chacune de ces Premières chansons, on rencontre - selon le mot de Gabriel García Marquez - un " instinct poétique " que la suite de l'oeuvre de Georges Brassens confirmera avec éclat. Edition établie et annotée par Jean-Paul Liégeois De Georges Brassens au Cherche midi : Oeuvres complètes, Les chemins qui ne mènent pas à Rome, Journal et autres carnets inédits, Je suis une espèce de libertaire.
Et aussi : Brassens par Brassens, Les Mots de Brassens et Sous la moustache, le rire, de Loïc Rochard. Brassens, homme libre de Jacques Vassal.

Il était une fois une plage atlantique
New
Il était une fois une plage atlantique
10 €

Une plage du Nord du Portugal battue par les vents et la mer. La beauté simple et joyeuse des gens du cru qui vivent au rythme des marées, de l'arrivée des enfants qui viennent pour les vacances en famille, des menus travaux de tous les jours... et puis, soudain, la mort du maître-nageur écorne ce paradis et, de malheur en malheur, le précipite en enfer, celui de la laideur.

L'esthétique du livre
25,50 €

Ce livre est né de la volonté de décliner une piste que nous n'avions pu aborder dans notre précédent ouvrage, Le Livre et ses espaces, qui envisageait le livre dans sa mise en scène spatiale, réelle et métaphorique, que ce soit à travers l'espace du livre - ses dimensions -, l'espace dans le livre - la typologie de la page -, ou l'espace hors du livre la bibliothèque par exemple. Dans L'Esthétique du livre par contre, c'est le livre comme lieu d'expériences sensibles que nous souhaitons traiter. Mais que l'on ne s'y méprenne pas ; c'est plus la question de la perception du livre comme objet, industriel ou non, que ses liens éventuels avec la création artistique qui nous intéresse. Et plutôt que d'en rester à la simple analyse du beau livre avec les deux sous-entendus qui l'accompagnent : le beau livre serait le livre d'artiste ou le livre d'art, et l'esthétique du livre l'affaire exclusive des bibliophiles, nous avons préféré partir des perceptions suscitées par l'objet livre pour creuser ses dimensions esthétiques et les impressions qu'il engendre.

SOMMAIRE
DIVERSES EXPERIENCES ESTHETIQUES DU LIVRE
L'esthétique du livre renaissant ou comment s'est pensée et construite la beauté du livre
L'esthétique du livre ou l'art du temps
Le ''se livrer'' du livre, phénoménologie de son effet et de son principe d'individuation
ECRIVAIN, EDITEUR ET LIVRE D'ARTISTE
Entre éthique et esthétique du livre
Mallarmé et l'esthétique du livre
Jean Bruller-Vercors et la ''Belle Ouvrage''
LIVRE ET LIEU D'EXPOSITION
Les espaces d'exposition imprimés
La mise en livre du texte de théâtre contemporain : une mise en scène des mots
L'écrit et la photographie : mélancolie du livre, autour de l'oeuvre de W G Sebald
LE LIVRE ILLUSTRE DANS L'HISTOIRE
Le Coran, ''Parole divine'' et ''Livre'' : entre esthétique, religieux et politique
Le livre illustré au XVIIIe siècle, l'oeuvre au risque de sa défiguration
Frontispices des ''secrétaires'' anglais du XVIIIe siècle : quels modèles ?

La belle mauve
14,70 €

C'est en ne cherchant pas que l'on finit par trouver l'âme soeur. Un jeune homme vit seul. Pourtant, il rêve du grand amour. Avec cette femme superbe qu'il a entrevue dans la salle des professeurs du lycée où il enseigne. Avec une Japonaise mythomane, épouse de consul, qu'il accompagne dans ses promenades. Ou encore avec un vrai chef-d'oeuvre du musée des Beaux-Arts de sa ville : La Belle Mauve de Martial Raysse, un artiste du Nouveau réalisme. Comment ne pas perdre pied ?! Après Les Pages roses, notre héros poursuit son voyage amoureux et initiatique, entre Nantes et Marseille. Il découvrira que l'on ne se défait pas aussi facilement du souvenir d'une oeuvre d'art accrochée aux cimaises d'un musée...

La Maison dans l'arbre
New
La Maison dans l'arbre
23,49 €

A la mort de son grand-père, Yoshitsugu réalise qu'il ne sait rien de sa famille. Dans le restaurant de ses parents au coeur du quartier de Shinjuku à Tokyo, certaines choses ne se racontent pas. Lors des funérailles de son aïeul, de vieux amis fredonnent soudain un chant évoquant une terre balayée par le vent. Et une tante jusqu'alors silencieuse lui révèle que ses grands-parents ont un jour vécu en Mandchourie.

C'est ainsi que Yoshitsugu décide, à la demande de sa grand-mère, de refaire le voyage, de l'accompagner sur les traces d'un passé effacé. Et c'est pour lui l'opportunité singulière de découvrir le destin de son pays, cet archipel jadis embarqué dans la dangereuse aventure qui consistait à réaliser "l'Harmonie au sein de la Grande Asie". Ample et passionnant, ce roman s'inscrit dans l'espace familial du Japon d'aujourd'hui, avec ses modes et ses fractures, ses excès et ses impossibilités ; mais il dévoile aussi, avec rigueur, quelques péripéties de l'histoire japonaise méconnues et douloureuses.

La maison des larmes
11 €

Elle avait parcouru les lieux qu'ils avaient connus, la promenade au bord de mer, avec ses palmiers, les restaurants. Elle photographiait les couchers de soleil entre deux arbres, le mercure de l'eau, quand il y avait des nuages, le jardin exotique, les fleurs orangées des strelitzias, le banc où il s'asseyait, pour admirer le paysage marin, et puis elle avait comparé les photos, prises avec lui, les mêmes endroits. Mais là, il n'y avait nulle présence, juste le témoignage d'une absence.

Le tribunal des utopies
New
Le tribunal des utopies
10 €

Produites de manière récurrentes comme solutions absolues aux problèmes sociaux contemporains, les utopies promettent des avenirs qui chantent par l'application souvent stricte et élaborée de modèles architecturaux, urbains et sociaux. Qu'elles soient appliquées, partiellement construites ou non réalisées, les utopies sont des représentations physiques d'un environnement idéal, qui, malgré leurs meilleures intentions, continuent de pointer aujourd'hui sur tout ce qui ne va pas.

Les utopies nous ruinent-elles le moral ? Si la valeur des utopies réside dans le fait que, par définition, elles n'existent pas, ne faut-il pas tout simplement éradiquer la possibilité d'en produire ? Ou, au contraire, la valeur projetée des utopies constitue-elle la base des imaginations fertiles et une possible accélération du progrès ? Plus simplement: les utopies menacent-elles notre bonheur ?

Le voyage de monsieur Raminet
12 €

Après une existence bien réglée et plutôt solitaire, Félix Raminet, professeur de Droit, tout juste retraité, vient d'obtenir brillamment son permis de conduire. Follement épris de liberté, il saute dans sa voiture neuve et quitte Paris pour Saint-Malo. Le Destin l'attend sur une aire d'autoroute : Jane, une jeune Américaine, généreuse, libre de corps et d'esprit, va changer irrémédiablement le cours de sa vie.

Les contes modernes - Deux Corps au diapason - Unique, n'est pas courant...
7,50 €

" Parce que le diapason sonne toujours deux fois ! "

Tirage limité de 100 exemplaires.
Tirage n° 27/100

Jacques 2 Chabannes :
Animateur radio polémique et journaliste retors, il "use" (un temps, durant) les patiences du milieu, puis écume inlassablement la surface de notre petite planète "plus très bleue" à la recherche de SA présumé "grande idée".
Quelques courtes décennies plus loin, il décide de caler son cheptel de neurones aux abord d'un clavier.

Les contes modernes - Dur de la feuille ! et La Fête À Meu-meuble !
7,50 €

" Parce que la femme est un voisin comme les autres... "

Tirage limité de 100 exemplaires.
Tirage n° 95/100


Jacques 2 Chabannes : Animateur radio polémique et journaliste retors, il "use" (un temps, durant) les patiences du milieu, puis écume inlassablement la surface de notre petite planète "plus très bleue" à la recherche de SA présumé "grande idée".
Quelques courtes décennies plus loin, il décide de caler son cheptel de neurones aux abord d'un clavier.

Les contes modernes, Porter le chapeau ! Tirer la couverture à soi...
7,50 €

Les contes modernes de Jaques 2 Chabannes, collection Kollectiv'mode tirage limité de 100 exemplaires.
tirage n°93/100

Les contes Modernes. Unique mais pas courante ! Un Euro Bond...
7,50 €

" Parce que LE désir d'Euro ne se consomme pas en communauté... "

Tirage limité de 100 exemplaires.

Tirage n° 29/100
Tirage n° 95/100


Jacques 2 Chabannes :
Animateur radio polémique et journaliste retors, il "use" (un temps, durant) les patiences du milieu, puis écume inlassablement la surface de notre petite planète "plus très bleue" à la recherche de SA présumé "grande idée".
Quelques courtes décennies plus loin, il décide de caler son cheptel de neurones aux abord d'un clavier.

Les quarante colonnes du souvenir
18,50 €

Récits, articles, correspondances, poèmes... les traductions existent désormais en nombre, parmi lesquelles l'inédit ''Quarante colonnes du souvenir'', magnifique recueil de proses inquiètes nées d'un voyage en Perse en 1939, vient aujourd'hui prendre une place de choix.
À savoir au plus haut, parmi ce qu'il y a de plus beau, dans ce corpus qui tout entier témoigne de la singularité de l'itinéraire personnel d'Annemarie Schwarzenbach...(Nathalie Crom - Télérama,23/04/2008)

Bilingue français/allemand

Poétique de la ville, urbanisme et architecture
25 €

De grands écrivains, essayistes, poètes ou philosophes ont consacré de très belles pages à la poétique de la ville. Ils y ont décrit avec toute leur sensibilité des scènes urbaines les ayant touchés, parfois inspirés. Pour l'urbaniste rêvant de contribuer, même modestement, à l'évolution heureuse et harmonieuse de sa cité, il est intéressant de se référer à ces oeuvres. Plusieurs thèmes sont fréquemment abordés dans cet ouvrage : le temps - la géographie, le site - les saisons, la météo - l'appropriation, la chaleur humaine - l'enfance - la politique, l'utopie - la richesse et la diversité spatiale - les parcours.
Pour chacun de ces sujets se dégagent des ressorts de la perception poétique de la ville. Les identifier offre des pistes de recherche dont les projets d'urbanisme ou d'architecture pourraient s'emparer.

Quelques pas ensemble
6 €

En 1999, Jean-Christophe Bailly présentait ainsi ses quatre titres : Ni la cité grecque, ni le rêve babylonien, ni la ville médiévale serrée dans ses remparts, ni la ville classique et la théâtralisation de l'espace, ni la mégalopole de l'âge industriel et ses monuments et ses faubourgs, ni même seulement la ville délitée d'aujourd'hui.
Mais à l'âge de l'urbanisation généralisée, une composition ouverte, inachevée, inachevable, qui se souvient de toutes les formes et les oublie, les brasse, une énorme desserte, un débarras peut-être, tout un monde versé, renversé : la ville entière, que la littérature parcourt et scrute. C'est cette complexité que, par des ricochets, la collection voudrait saisir, d'un point à un autre de l'espace et du temps.
Trois ans plus tard, Jean-Pierre Le Dantec, écrivain, historien de l'architecture, de la ville et du paysage, et directeur de l'Ecole d'architecture de Paris-la-Villette, poursuit le projet, en proposant à son tour quatre textes d'écrivains éclairant, chacun d'un point de vue différent, la ville entière.

MONUM - ÉDITIONS DU PATRIMOINE


Tenuta Peters architectes + Karel Logist écrivain
11 €

Pour cette édition qui clôture le cycle Architexto 2006-2009, Andrea Tenuta et Delphine Peters nous dévoilent une sélection de projets publics, conciliant patrimoine et création contemporaine (Moulin de la Paix-Dieu à Amay, avec l'architecte Bertrand Evrats ; Abbaye de Villers-la-Ville, avec l'Escaut architectures et Pigeon-Ochej paysagistes), logements sociaux basse-énergie (Jupille/Liège) et écoles au stade du concours. Avec pour trait commun qu'aucun des projets n'est à ce jour réalisé. Quant à Karel Logist, figure majeure de la poésie francophone, il prête sa plume à une déambulation libre dans l'univers des architectes.

L'architecture peut se présenter sous de nombreuses facettes, outre celle de se positionner dans l'espace de manière tangible en adoptant la forme d'un édifice construit. L'architecture peut être le souvenir, l'imaginaire, l'idée, le modèle, la construction théorique, l'utopie, la fantaisie, le paraître...
Dans ce livre, l'architecture de Delphine Peters et d'Andrea Tenuta doit surtout s'interpréter comme une promesse, un dessein, une conjugaison au futur simple. Elle augure de ce qui va s'accomplir, de ce qui pourra se transformer en réalité, de ce qui deviendra demain espace, matière, forme et lumière. Cette architecture devra alors pleinement prouver, dans sa concrétisation, ce qui s'ébauche d'ores et déjà dans la représentation graphique de l'esquisse et du plan, dans la réduction abstraite de la maquette et dans l'exposé qui l'accompagne.
Schémas, dessins, maquettes et mots exhalent un évident désir de se muer en édifice, avec tous les développements architecturaux et architectoniques que cela implique. Car c'est seulement sous la forme construite que cette architecture pourra réaliser son ambition si bien décrite par Karel Logist lorsqu'il parle d'un «vigoureux désir d'éveiller des lieux».
Hans Ibelings, rédacteur en chef de ''New European Architecture A10''

ÉDITIONS FOURRE-TOUT + CIVA