Filtrer par
Altitude
34,48 €

Hors des idéologies de bienséance, à côté de la polémique, en construisant un opus, un livret d'opéra qui laisse percevoir le chantier de l'entreprise, la cartographie de la pulsion, plus exactement de l'impulsion à aimer et le champ de plus en plus irrigué d'un artiste arrivé à maturité qui ne confond plus prédilection et prédestination, en s'écartant de la cartomancie et du catalogage, en prenant soin d'être concis et de rentrer dans le détail, le challenge est de faire un livre qui soit lui-même une oeuvre, une halte, une anse, un sas. Alphonse Alt.

Bauhaus.photo / Bauhaus.foto / 100 photographie de la collection du Bauhaus-Archiv Berlin
Nouveauté
Bauhaus.photo / Bauhaus.foto / 100 photographie de la collection du Bauhaus-Archiv Berlin
16 €

100 photographies de la collection du Bauhaus-Archiv Berlin

De l'autre côté
23 €

Sous ce titre De l'autre côté sont rassemblées les oeuvres de trois femmes photographes originaires d'Allemagne et qui, portées par le vent de l'histoire, se sont exilées à la fin des années 1930 en Amérique du Sud. Après avoir suivi une formation photographique en Allemagne, dans le cadre de l'école légendaire du Bauhaus ou au studio de Paul Wolff - dont le nom est étroitement associé à la marque Leica -, elles ont toutes trois commencé d'exercer leur métier à Berlin, Paris et Londres.
Puis chacune d'elles a traversé l'Atlantique en direction d'un pays différent pour poursuivre sa carrière : Grete Stern en Argentine, Hildegard Rosenthal au Brésil et Jeanne Mandello en Uruguay. Trois destins qui ont en commun l'exil et le désir de liberté; trois oeuvres qui incarnent les multiples facettes de la photographie de leur époque.

Une autre façon de raconter ( avec 1 DVD Joue-moi quelque chose )
Nouveauté
Une autre façon de raconter ( avec 1 DVD Joue-moi quelque chose )
42 €

Une autre façon de raconter, livre à quatre mains de John Berger et du photographe Jean Mohr, articule les manières de voir, d'entendre et de toucher le halo magnétique de la photographie.

Avec Une autre façon de raconter, Jean Mohr et John Berger cossignent un magnifique ouvrage en noir et blanc qui confronte les images et les mots, la pratique et la théorie. Une très belle invitation à donner du sens aux photographies, par des récits pluriels et subjectifs.
Depuis que John Berger a rencontré Jean Mohr, dans les années 1960, le poète et le photographe réfléchissent à ce que nous disent les apparences, dans l'instantané d'une photographie.

La republication de leur très beau livre, Une autre façon de raconter (1981), offre une illustration saisissante de l'interdépendance entre la photographie et les récits qui l'accompagnent. Les 230 photographies sont en noir et blanc, mais chacun leur donne les couleurs de son imagination : comme le dit John Berger, la photographie est par essence un demi-langage, un oracle qui en appelle aux interprétations infinies et subjectives de chaque observateur.

Proposer un récit qui donne un sens à une photographie, c'est la seule façon de regarder, comme l'explique John Berger dans un exposé théorique très dense d'une trentaine de pages. L'écrivain nous rappelle notamment la différence de posture entre le dessinateur, qui choisit chaque ligne, chaque couleur de son dessin, et le photographe dont les marges de choix, d'intentionnalité, sont plus réduites. C'est la différence, nous dit John Berger, entre faire et recevoir, entre composer de toutes pièces un dessin et prélever un morceau réducteur du réel dans la photographie. Le bon photographe doit alors choisir la fenêtre, le moment qui permettra au spectateur de resituer la photographie dans une temporalité élargie. Parce que la photographie « isole et disjoints différents instants », le spectateur doit retrouver le fil de la petite et de la grande histoire.

Joue-moi quelque chose, jointe au livre sous la forme d'un DVD qui associe image fixe et image filmée. Comme le relève Anne Michaels, dont l'essai conclut le volume, en citant un personnage du film : "Toute histoire est comme un billet open. "

Dans ce film de 1989 qui n'était jamais sorti en France, le lien entre images et récits prend une nouvelle signification. Retardés à l'aéroport de Barra, une île des Hébrides, des voyageurs - dont la jeune et magnifique Tilda Swinton - écoutent le récit d'un mystérieux personnage joué par John Berger. Les images de la Giudecca de Venise, et de la romance entre Bruno et Marietta, s'intercalent alors à l'histoire écossaise. Le film est lent, pour que chacun y projette, y insère ses propres récits. Car la leçon du film et du livre nous est finalement rappelée par Anne Michaels dans son texte de présentation du film : " Regarder c'est toujours raconter ", avec toute la part de subjectivité que cette activité comporte.

John Berger fut à la fois peintre, romancier, poète, scénariste, historien d?art. Il échappait en fait à toutes ces étiquettes et aimait se définir avant tout comme un raconteur d'histoires. Ses livres sont traduits dans le monde entier. En 1972, il obtient le Booker Prize avec son roman G. Son héritage intellectuel est immense. Il publiait régulièrement des textes dans The Guardian et The Independent et collaborait au Monde Diplomatique, Internazionale, El País. Il est né à Londres en 1926 et a vécu en France pendant plus de quarante ans, dans un village de Haute-Savoie. Il est mort le 2 janvier 2017 à Paris.

Jean Mohr était photographe. Né en Suisse en 1925, il a longtemps collaboré avec des organisations internationales (OMS, OIT, HCR, CICR, LCR). Il a travaillé pour la Télévision Suisse romande, la BBC, la ZDF, ainsi que pour le théâtre, principalement avec le théâtre de Carouge, le théâtre St Gervais et le Théâtre Spirale à Genève. Il a reçu de très nombreux prix internationaux. Il est mort le 3 novembre 2018 à Genève.

Timothy Neat est écrivain, cinéaste, photographe et historien de l'art. Né en 1943, il est l'auteur d'une dizaine de livres consacrés à des sujets et des personnalités de la tradition écossaise. Il a réalisé de nombreux documentaires pour lesquels il a été maintes fois récompensé. Il vient d'être élu Membre honoraire de l'Académie royale écossaise d'art et d'architecture. Sa collaboration avec John Berger remonte à plus de 35 ans.

Anne Michaels est écrivain. Ses romans et sa poésie ont été traduits dans plus de quarante pays et ont reçu de très nombreux prix internationaux, parmi lesquels le Orange Prize et le Guardian Fiction Award. Elle est née en 1958 au Canada. Elle a coécrit avec John Berger la pièce Railtracks, mise en scène à Londres par Simon McBurney et sa compagnie Complicite en 2005.

Villa Noailles - Hyères, été 1995
Nouveauté
Villa Noailles - Hyères, été 1995
35 €

La Villa Noailles est un lieu d'une modernité intemporelle. Malgré son indiscutable charme, cette villa construite au début du XXe siècle par l'architecte Robert Mallet-Stevens - inspiré par le Bauhaus - dans le sud de la France, à Hyères, fut abandonnée et tomba dans l'oubli. Elle fut redécouverte dans les années quatre-vingt-dix et considérée comme le parfait symbole de la modernité de ce siècle.
Des artistes tels que Man Ray, Bunuel, Dalí, et Cocteau ont travaillé et vécu dans cette maison. Le rêve de la modernité a lentement succombé au passage du temps et des guerres, ne laissant derrière lui que des ombres et une architecture vide. Karl Lagerfeld, armé de son appareil photographique, explore les secrets de ce lieu. La force poétique de l'imagination permet de créer un espace où réalité, rêve et déni s'entremêlent.
L'aube et le crépuscule collaborent à ressusciter ce qui n'est plus. La beauté des jeunes modèles semble invoquer des souvenirs cachés dans les ruines. Chaque image est le triste témoin d'un moment perdu.

Karl Lagerfeld, styliste, créateur de mode et éditeur, commence à photographier en 1987. Il a depuis reçu le Lucky Strike Design Award de la Raymond Loewy Foundation, le prix de la Culture de la Société Allemande de Photographie, et le Trustees Award du Centre International de Photographie de New York. Les éditions Steidl ont publié la plupart des ouvrages de Karl Lagerfeld dont A Portrait of Dorian Gray (2004), Room Service (2006), The Beauty of Violence (2010) et le best-seller La petite veste noire (2012).

Work. Ludmila Cerveny
16 €

"Il lavoro di Ludmilla Cerveny, giovane artista e fotografa, con una formazione in architettura, sembra avere l'obiettivo di costruire storie, tracciare narrazioni, con sottili disegni o presenze più concrete, tridimensionali, o ancora attraverso l'apparizione eterea e sfuggente di luci e ombre in movimento. Tutto entra a far parte di un gioco che mette in scena e libera il pensiero infantile dai dettami della logica stringente. Seguendo il percorso delle sue opere è possibile individuare con chiarezza un filo sottile che tutto lega secondo forme, linguaggi e materiali diversi. L'ossatura si struttura intorno ad alcuni elementi fondamentali, una sorta di alfabeto da cui partire per indagare il concetto di architettura e offrirne un'interpretazione squisitamente personale". (Dall'introduzione di Emilia Giorgi).

English texts (Bergamin Antonella).