Filtrer par
                  33 produits ( 1 - 24 )
                  Achille and Pier Giacomo Castiglioni: Minimum Design
                  40 €

                  Pier Giacomo Castiglioni (1913-1968) and Achille (1918-2002) are the eldest and the youngest of the three Castiglioni brothers who all studied architecture at the Milan Polytechnic. The two Castiglioni brothers were interested in both technology and art and in the 1940s began their original professional partnership, ''Castiglioni brothers''. The company was especially successful with their lamps for Arredoluce, Flos, and Artemide. The brothers worked from the viewpoint that design must restructure an object's function, form and production process, a philosophy they applied to every work they produced.

                  Published in the same style as the successful Minimum Architects series, the Minimum Design series includes books about the major figures in the field of design, creators of objects that have become a part of our daily lives. The lamp on our desk, the chair we are sitting on or the glasses we are wearing have a genius behind to be discovered.

                  These volumes will introduce in a practical manner the personalities and the works of the world's major designers by way of an historical-critical introduction to the work and life of each individual designer. An accurate selection of the designer's most famous objects arranged in chronological order and a critique of his or her work summarizing the most significant reviews published in magazines and newspapers will complete the subject.

                  <strong>Contents:</strong>
                  The Castiglioni Brothers
                  Castiglioni's Method
                  Atlas of the Objects
                  The Objects
                  Essential Bibliography

                  Alessandro Mendini
                  40,01 €

                  Alessandro Mendini, born in Milan in 1931, is a major theorist and a driving force behind avant-garde design in Italy. Aside from his artistic career, he was also editor of the architecture magazines Casabella and Modo and publisher of the famous 'Domus' magazine. Considered to be one of the most important contemporary designers in Europe, Mendini's work places an emphasis on cultural diversity and radical expression. He has also produced many collective projects, such as the museum in Groningen, Netherlands, built with Philippe Starck, Frank Stella, and Michele de Lucchi. He has also worked with important Italian and foreign firms as Zanotta, Alessi, Swatch, Philips, Venini, Bisazza and Cartier. Published in the same style as the successful 'Minimum Architects' series, the 'Minimum Design' series includes books about the major figures in the field of design, creators of objects that have become a part of our daily lives. The lamp on our desk, the chair we are sitting on or the glasses we are wearing have a genius behind to be discovered. These volumes will introduce in a practical manner the personalities and the works of the world's major designers by way of an historical-critical introduction to the work and life of each individual designer. An accurate selection of the designer's most famous objects arranged in chronological order and a critique of his or her work summarsing the most significant reviews published in magazines and newspapers will complete the subject.

                  André Arbus
                  91,99 €

                  ''Je suis d'une vieille famille d'ébénistes. De père en fils depuis très longtemps. Autant dire que je suis né dans un atelier d'ébénisterie. '' André Arbus complète cette formation par une culture classique, acquise à l'école des beaux-arts de Toulouse. Il choisit l'art décoratif alors que s'ouvre à Paris l'Exposition internationale des arts décoratifs de 1925, où il expose une coiffeuse.

                  En 1933, il s'installe à Paris. Les salons, les galeries, les expositions, les critiques lui permettent de se faire connaître de l'élite à laquelle ses créations sont destinées. À 30 ans, il s'impose comme le chef de file du retour à la tradition et à la qualité française. Il est le représentant de cet '' esprit de suite '' du XVIIIe siècle, dans lequel le critique Waldemar George voit le salut du mobilier contemporain. En 1936, Arbus reçoit sa première commande officielle : l'ameublement du ministère de l'Agriculture. Il est présent dans de nombreux pavillons à l'Exposition des arts et techniques dans la vie moderne de 1937, où les métiers d'art et les régions sont à l'honneur. Il participe à l'Exposition universelle de New York, en 1939, avec un meuble-manifeste, monumental, architectural, en sycomore et laque d'or, annonciateur de son oeuvre des années 40.

                  À partir de 1946, il devient l'un des fournisseurs attitrés du Mobilier national qui, sous la direction de Georges Fontaine, entreprend un ambitieux programme d'ameublement des ministères et des palais nationaux. Il participe au '' rajeunissement '' du château de Rambouillet et du palais de l'Elysée, avec ses amis Louis Sue et Jean-Charles Moreux. Entre 1947 et 1951, il est l'architecte du phare du Planier, au large de Marseille.

                  Dans les années 50, il aménage des paquebots, participe à de nombreuses expositions, multiplie les réalisations prestigieuses, publiques et privées.

                  La sculpture a toujours occupé une place importante dans ses meubles et dans ses décors. André Arbus la confie à des artistes amis tels que Vadim Androusov, Henry Parayre, Sylva Bernt... En 1952, il crée ses premiers meubles-sculptures fondus en bronze. Dès lors, et jusqu'à sa mort, il se consacre à son oeuvre de sculpteur.

                  La vie et l'oeuvre d'André Arbus sont l'histoire d'une fidélité à la tradition française. Elles sont l'histoire d'une conviction qui revient comme un leitmotiv tout au long de ses écrits, reprenant à son compte les mots de Léonard de Vinci : '' l'homme est la mesure des choses ''.

                  André Sornay
                  160 €

                  D'un caractère affirmé, excellent dessinateur, peintre de talent, il mit ses dons artistiques au service de son travail d'ébéniste-décorateur. A la jonction de toutes les influences issues des courants modernes, il sut interpréter ceux-ci avec sa propre personnalité, en anticipant même parfois avec ses idées novatrices. Etalée sur près d'un demi-siècle, son oeuvre se décline des prémisses du style Art Déco au fonctionnalisme des années 1960. En plus du modernisme de ses conceptions, une nouvelle méthode d'assemblage des contre-plaqués va totalement influer sur sa manière de réaliser son mobilier. Ce procédé de fabrication, le cloutage, permettra à cet amateur d'essences rares de disposer d'un palette de bois excessivement large et le rendra célèbre dans la corporation. Il produira ainsi des ensembles moins onéreux, obtiendra des effets décoratifs inédits, et créera par là-même son image de marque. Continuant ses recherches sur les techniques de pointe, il déposera des brevets forts inventifs ; s'essayant aux nouveaux matériaux, il utilisera le caoutchouc, la toile enduite, la laque, l'aérographe et à l'égal des plus avant-gardistes, le métal. Au travers de documents inédits, textes critiques, photos d'époque, croquis, gouaches et maquettes originales, le parcours d'André Sornay se révèle excessivement riche et ce livre le fera découvrir et mieux connaître au moment où ses créations apparaissent sur le marché de l'art. Après '' Les arts décoratifs à Lyon, 1910-195 '', où il avait esquissé un portrait d'André Sornay, Thierry Roche lui consacre maintenant une monographie destinée à réhabiliter ce personnage hors du commun.

                  Arthur Elrod: Desert Modern Design
                  Nouveauté
                  Arthur Elrod: Desert Modern Design
                  53,99 €

                  The first monograph on Arthur Elrod, design king of the desert in the 1950s,'60s, and '70s.

                  Arthur Elrod was the most successful interior designer working in the Palm Springs area from 1954 to 1974. His forward-thinking midcentury interior design appeared in primary homes, second houses, third houses, spec houses, country clubs, and experimental houses-in the desert and across the US. He was charming, handsome, and worked tirelessly for his A-list clientele, such as Lucille Ball and Walt Disney. Perhaps his most famous work was done in his own home, known as the Elrod House in Palm Springs, built by architect John Lautner in 1968.

                  His rise paralleled the growing modernist movement in desert architecture, and he worked alongside the leading California architects of the day including E. Stewart Williams, William F. Cody, Paul R. Williams, Buff & Hensman, A. Quincy Jones, Wexler & Harrison, Palmer & Krisel, Howard Lapham, Richard Dorman, Edward Fickett and, most famously, John Lautner.

                  Elrod?s life was cut tragically short when the convertible he was riding in was hit by a drunk driver one morning in February 1974; he was 49. This in-depth biography of the midcentury's wunderkind interior designer, Arthur Elrod, is the first and only of its kind.

                  Adele Cygelman is a longtime writer and editor who has covered interior design, architecture, and real estate for numerous magazines, including Architectural Digest and Robb Report. She is the author of Palm Springs Modern and Secret Gardens of Hollywood.

                  Charles et Marie-Laure de Noailles. Mécènes du XXe siècle
                  52 €

                  La villa Noailles est le lieu emblématique de la modernité ou plutôt des modernités qui ont profondément marqué les décennies qui ont suivies la Première Guerre mondiale. Construit par Robert Mallet-Stevens, meublé par Pierre Chareau, Sonia Delaunay, Djo Bourgeois, Jean-Michel Franck, ce" château cubiste" accueille Man Ray, Alberto Giacometti, Salvador Dali, Jean Cocteau, Francis Poulenc, Luis Bunuel, André Breton, etc.
                  Cet ouvrage, très attendu, présente toutes les facettes du mécénat de Charles et Marie-Laure de Noailles, qui de 1923 à 1973, ont acquis ou commandé des oeuvres d'art issues de toutes disciplines : art, cinéma, musique ou encore littérature. Toutes leurs vies, quitte à choquer ou à être critiqué, ils furent en éveil face aux enjeux plastiques et intellectuels de leurs temps, les ont stimulés et soutenus.
                  Ecrit par les chercheurs et commissaires d'exposition du centre d'art d'intérêt national de la Villa Noailles, Alexandre Mare et Stéphane Boudin-Lestienne, le livre se réfère à de nombreuses sources inédites (correspondances, photographies, oeuvres, documents) apportant un regard précis et authentique sur ce couple étonnant. Leur histoire ? ce qu'on pourrait nommer un héritage ? continue, plus que jamais, à nous interroger sur le rôle du mécène face aux artistes et à la société.

                  Charlotte Perriand
                  Nouveauté
                  Charlotte Perriand
                  6,50 €

                  "L'Ambiance de notre habitat doit nous procurer le calme, la détente, l'harmonie. Il y a communion de nôtre être avec le milieu et, en retour, répercussion de celui-ci en nous-mêmes. Notre milieu évoluera en même temps que nous, tout comme nous évoluons au cours des étapes de notre vie, son expression n'est pas fixe mais en perpétuel développement."

                  "The atmosphere of our home must provide us with calm, relaxation and harmony. There is communion of our being with the environment and, in return, its repercussion in ourselves. Our environment will evolve as we do, just as we evolve through the stages of our lives, its expression is not fixed but in constant development."

                  English / Français

                  Charlotte Perriand et le Japon
                  49 €

                  Invitée en 1940 par le gouvernement japonais pour orienter la production d'art industriel du pays, Charlotte Perriand découvre une pensée, un mode de vie et une architecture ancestrales, conformes aux préceptes modernistes qu'elle défendait avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret. L'élaboration de son ''art d'habiter'', qui modifia profondément la manière de vivre des Français dans les années 50, est née des réflexions qu'elle a menées pendant sa mission au Japon.
                  En retour, elle a contribué avec passion, à travers ses interventions dans les ateliers de production, au renouveau de l'artisanat japonais. ''De tous les Occidentaux qui ont travaillé au Japon, c'est probablement elle qui a eu la plus grande influence sur le monde du design japonais'', a déclaré le grand designer Sôri Yanagi, qui fut son assistant. Ses expositions au Japon, ''Sélection, Tradition, Création'' (1941) et ''Proposition d'une synthèse des arts'' (1955), qui eurent un grand retentissement, ses publications et ses études, ses réalisations à Tôkyô, la maison de Jacques Martin (1953), l'agence Air France (1959), ou à Paris, la résidence de l'ambassadeur du Japon (1966-1969), le showroom Shiki Fabric House (1975) et la maison de Thé à l'Unesco (1993) sont autant de témoignages des liens entre cultures occidentale et japonaise et de leur enrichissement réciproque.
                  L'ouvrage, qui révèle la liberté de pensée de cette grande créatrice face aux enjeux d'une période complexe, est d'un enseignement précieux pour les nouvelles générations d'architectes et de designers, mais aussi pour l'homme d'aujourd'hui.

                  Charlotte Perriand. Un art d'habiter
                  87 €

                  Créatrice incontournable du XXe siècle, Charlotte Perriand (1903-1999) est l'une des fondatrices de l'architecture d'intérieur moderne, discipline à part entière de l'art de bâtir. Figurant parmi les pionniers du design, bien que sa démarche reste avant tout celle d'une architecte, elle n'a cessé, pendant soixante-dix ans de sa vie de création, de mener une réflexion politique et éthique sur un habitat adapté à l'homme. Dès sa sortie de l'école de l'Union centrale des arts décoratifs à l'âge de 22 ans, elle se libère du conservatisme dominant pour figurer deux ans plus tard dans l'avant-garde française parmi les créateurs des premiers meubles en tube. Frappé par la modernité du Bar sous le toit qu'elle expose au Salon d'automne de 1927, Le Corbusier lui propose de s'associer à lui et à Pierre Jeanneret pour l'aménagement intérieur, le mobilier et l'équipement des villas qu'ils construisent. En 1929, elle est l'une des cofondatrices de l'Union des artistes modernes. Pendant les dix années de sa collaboration avec: Le Corbusier, elle poursuit des recherches sur un habitat et un mobilier pour le plus grand nombre, l'architecture préfabriquée modulaire et l'urbanisme au sein des Congrès internationaux d'architecture moderne (CIAM) dont elle est l'une des animatrices en France. Parallèlement, elle développe la technique du photomontage pour la communication de ses idées politiques. Nommée en 1940 conseillère pour l'art industriel au Japon, elle découvre une conception de l'habitat traditionnel qui rejoint les théories les plus avant-gardistes. Cette expérience est déterminante dans l'élaboration de son '' Art d'habiter '', manifeste exprimant une vision fondée sur l'harmonie et le vide qu'elle rédige à son retour en France. À cette époque, elle participe à la fondation du mouvement Formes utiles dans le cadre de l'UAM. En 1952, la perspective d'une production en série l'amène à signer avec les Ateliers Jean Prouvé une convention aux termes de laquelle elle est chargée de l'amélioration esthétique (les meubles existants et d'apporter des dessins (le meubles nouveaux. Ces années 50 voient la concrétisation de ses recherches sur le rangement avec le placard Brazza, les bibliothèques Mexique et Tunisie -aussi célèbres que la Chaise longue basculante, le Fauteuil pivotant et le Fauteuil grand confort réalisés en 1928 avec Le Corbusier et Pierre Jeanneret. Les chantiers d'équipement qu'elle dirige alors- immeuble Air France à Brazzaville, maisons de la Tunisie et du Mexique, agences Air France de Londres, Paris et Tokyo et pavillon du Brésil en 1959 - préfigurent le travail considérable qu'elle accomplira pour la station des Arcs en Savoie au cours des années 70 et 80.

                  Christian Ghion
                  45 €

                  Une carrure impressionnante et un franc-parler qui lui est propre, Christian Ghion est un personnage hors du commun. Il est aussi un designer aux talents multiples.
                  Sa créativité, son inventivité sans cesse renouvelées lui ont permis de multiplier ces dernières années des collaborations avec de prestigieuses maisons d'édition (Néotu, Cappellini, Driade, Salviati, XO, Sawaya & Moroni...) et de grands noms ou personnalités internationales (Chantal Thomass, Pierre Gagnaire, Jean-Charles de Castelbajac, Nicolas Feuillatte...).
                  Rassembleur, il organise pendant sept ans les expositions Tarkett Sommer auxquelles participent les grandes stars du design et orchestre le « Design Lab », véritable laboratoire d'innovations, où se révèlent les signatures de demain.
                  Première monographie consacrée au designer, ce livre vient illustrer la trajectoire originale de Christian Ghion.
                  Préface et texte (français/anglais) : Pierre Doze et Barabara Poirette.

                  Christophe Pillet
                  40,01 €

                  Le designer Christophe Pillet choisit de dessiner des objets, des meubles, des lieux pour raconter des histoires. Ou plus simplement pour dire les choses et donner son point de vue sur des situations du quotidien. Ce livre inédit présente un large échantillon d'archives graphiques du designer. Dessins au crayon, au feutre ou encore esquissés par informatique s'intercalent avec une série de propos où Christophe Pillet livre son approche des différents domaines d'expression qu'il explore. Véritable envers du décor, cet ouvrage est également constitué d'un portfolio photographique qui offre un regard singulier sur quelques réalisations phares du designer afin de rappeler au lecteur l'aboutissement formel de l'objet. 

                  CHRISTOPHE PILLET (né en 1959, vit et travaille à Paris). Diplômé de l'école des Arts décoratifs de Nice en 1985 et Master de la Domus Academy de Milan en 1986 Christophe Pillet travaille de 1986 à 1988 à Milan, puis de 1988 à 1993, avec Philippe Starck à Paris. Depuis mai 1993, il poursuit son activité en tant qu'indépendant. Elu Créateur de l'année en 1994, il intervient dans de nombreux domaines tels que le design de mobilier et de produits, la décoration intérieure, l'architecture, la scénographie et la direction artistique. Christophe Pillet collabore, entre autres, avec les sociétés, Cappellini, Daum, JC Decaux, Domeau & Pérès, Driade, Lacoste, L'Oréal, Renault, Serralunga, Veuve Clicquot Ponsardin, Whirlpool.

                   

                  Design of the Fifties in Croatia
                  61,20 €

                  This book presents a systematic and integrated survey of he design of the fifties in Croatia in a cross section of parallel tendencies in different creative expressions, from product design to applied art.
                  The focus of the analysis is on the distinctiveness of the phenomenon of Croatian design production in the fifties, and on the interpretation of the key achievements and essential phenomena founded on a contemporary manner of seeing this episode, an integral segment of the European context from the perspective of a historical shift.

                  Design of the fifties in Croatia is evaluated and contextualised in a cultural framework with respect to the characteristic topics, problems and theses, in order to draw attention to the continuity of tradition and the topicality of Modernism, as well as the contribution of fifties design to the reinterpretation of the avant-garde, including the historical treatment of some design oeuvres, theorists and critics whose work set its stamp on the fifties in Croatia.

                  The theoretical framework consists of manifestoes and programmes, the relation between design and ideology, the impact of the psychology of form, existential philosophies, science and the reciprocal impacts of given media.

                  The book is based on lengthy original research and most of the information and illustrations are published for the first time.


                  Separate units consist of documentation about the Applied Arts Academy and the complete set of polemics about the Ritz Bar.

                  Contents
                  Problems and methods: from ideology to strategy for social development
                  The Academy for Applied Art, Zagreb, 1949-1955
                  Institutional Forms of the Promotion of Design
                  Product Design
                  Graphic Design
                  Towards a Synthesis of Design and Environment
                  Set Design
                  The Artistic Architecture Department at the Academy of Fine Arts
                  Conclusion
                  Catalogue
                  Documents: AAA
                  Documents: Ritz Bar
                  Bibliography
                  Sources
                  Abbreviations
                  Acknowledgments
                  Inde

                  Domeau et Pérès Design
                  37 €

                  Le livre présente le travail de collaboration de l'éditeur de meubles Domeau & Pérès depuis une dizaine d'années avec des designers tels que Christophe Pillet, les Bouroullec, Matali Crasset, Andrée Putman, Laurent Nicolas, Jerôme Olivet, Martin Szekely, Milan Vukmirovic, Alexandre de Betak, Odile Decq, Vincent Dupont-Rougier, François Azambourg.

                   

                  Eileen Gray Her Life and Work
                  37 €

                  Eileen Gray started her career as a lacquer artist in Paris creating new furniture and living accessories with striking colors and understated shapes. Remaining stalwartly independent, Gray developed an opulent, luxuriant take on geometric forms and industrially produced materials.
                  Her Bibendum chair and E-1027 table today are familiar icons across the world; the ship-shaped home she designed and built on a cliff near Monaco was hailed as a triumph of deluxe modern living; her Dragon chair fetched $28 million at a YSL sale.

                  Her flamboyant beauty captured by photographer Berenice Abbott made her an admired figure among American expatriates such as Gertrude Stein and William Somerset Maugham. Her archives bombed during World War II, she was largely forgotten when one-time peers like Le Corbusier were lionized as visionaries. Rediscovered in 1960, she is today a celebrated pioneer of modern design.

                  Eileen Gray and the Design of Sapphic Modernity
                  124 €

                  The first book-length feminist analysis of Eileen Gray's work, Eileen Gray and the Design of Sapphic Modernity: Staying In argues that Gray's unusual architecture and design - as well as its history of abuse and neglect - emerged from her involvement with cultures of sapphic modernism. Bringing together a range of theoretical and historical sources, from architecture and design, communication and media, to gender and sexuality studies, Jasmine Rault shows that Gray shared with many of her female contemporaries a commitment to designing spaces for sexually dissident modernity. This volume examines Gray's early lacquer work and Romaine Brooks' earliest nude paintings; Gray's first built house, E.1027, in relation to Radclyffe Hall and her novel The Well of Loneliness; and Gray's private house, Tempe a Pailla, with Djuna Barnes' Nightwood. While both female sexual dissidence and modernist architecture were reduced to rigid identities through mass media, women such as Gray, Brooks, Hall and Barnes resisted the clarity of such identities with opaque, non-communicative aesthetics. Rault demonstrates that by defying the modern imperative to publicity, clarity and identity, Gray helped design a sapphic modernity that cultivated the dynamism of uncertain bodies and unfixed pleasures, which depended on staying in rather than coming out.

                  Jacques Adnet (Relié)
                  60 €

                  Architecte et décorateur, Jacques Adnet (1900-1984) travaille à partir de 1920 avec Maurice Dufrène, qu'il suivra, deux ans plus tard, à La Maîtrise des Galeries Lafayette. Epris de fonctionnalisme, il crée des meubles fortement construits, souvent dépourvus de tout décor. Conception claire, logique, matériaux raffinés constituent les traits caractéristiques d'une production qu'il réalise fréquemment en collaboration avec son frère jumeau Jean.
                  À partir de 1923, ils exposent ensemble aux principaux Salons et, lors de l'Exposition des Arts décoratifs de 1925, ils présentent leur propre stand sur l'esplanade des Invalides, ainsi qu'un grand meuble dans le hall de l'ambassade française et d'autres meubles dans le pavillon de La Maîtrise.

                  En 1928, Jean Adnet devient directeur du service des étalages des Galeries Lafayette, tâche à laquelle il consacrera désormais une grande partie de son activité. Jacques, quant à lui, quitte La Maîtrise et prend pour plus de trente ans la direction de la Compagnie des Arts français qu'avaient fondée Süe et Mare en 1919.
                  Au traditionalisme qui prévaut dans cette firme, il substitue une tendance plus moderniste, tournée vers la fabrication industrielle. Il réunit autour de lui une équipe d'artistes qui partagent ses préoccupations esthétiques : des peintres comme Dufy, Léger, Pascin, Chagall ; des céramistes ; des orfèvres ; des dinandiers ; enfin des décorateurs, au nombre desquels Francis Jourdain, Charlotte Perriand, René Gabriel, puis Alexandre Noll, Serge Mouille, Paul Jouve.

                  Dans les années trente, Jacques Adnet utilise de plus en plus le métal et le verre. Il fabrique des sièges, des tables de chevet, des tables gigognes en tube à section carrée ou en lame, des tables basses recouvertes de dalles de verre, des petits meubles entièrement constitués de glaces argentées et vissées sur une armature invisible.
                  Après la Seconde Guerre mondiale, sans pour autant abandonner le métal, Adnet revient volontiers au bois pour réaliser des meubles aux formes simples, classiques, peu ornés, qui évoquent parfois le style Restauration.
                  Il exécute de très nombreux ensembles mobiliers, en particulier pour l'hôtel de M. Frank Jay Gould, pour l'appartement de Mme Alice Cocéa, pour le cabinet de travail du président de la République au château de Rambouillet (1947), pour l'appartement privé du président Vincent Auriol à l'Élysée, pour plusieurs paquebots, dont le Ferdinand-de-Lesseps (1952), pour l'Unesco (1958), etc.

                  Par Alain-René Hardy et Gaëlle Millet aux EDITIONS DES AMATEURS

                  Jean Prouvé - Coffret 2 volumes
                  195 €

                  Alors que le nombre d'amateurs et de collectionneurs internationaux intéressés par l'oeuvre de Jean Prouvé ne cesse de croître, la plupart des livres consacrés à cette figure centrale de l'histoire du XX° siècle sont épuisés.
                  Consciente de la nécessité de publier un ouvrage de référence destiné à un public large, la Galerie Patrick Seguin, spécialiste de l'oeuvre de Prouvé, s'associe à la Galerie Sonnabend pour co-publier une importante monographie consacrée à son mobilier.
                  Une première grande exposition personnelle «Jean Prouvé, Furniture & Architecture» organisée en 2003 à New York à la Galerie Sonnabend par la Galerie Patrick Seguin est à l'origine de ce projet. Étroitement associée depuis plus de 40 ans aux évolutions de l'art moderne et contemporain et ayant activement pris part à la promotion des plus grands artistes des dernières décennies, la Galerie Sonnabend a souhaité mieux faire connaître l'oeuvre de Jean Prouvé aux Etats-Unis. Dans cette optique, la Galerie Sonnabend co-édite l'ouvrage.

                  Ce livre comprend 4 parties :
                  Un premier volet sous la direction de Françoise-Claire Prodhon, historienne d'art et journaliste, introduit par une préface de Patrick Seguin donne la parole à des personnalités qui exposent leurs points de vue sur l'oeuvre de Jean Prouvé. Citons par exemple, les architectes Jean Nouvel, Shigeru Ban, Renzo Piano ; le designer Marc Newson ; les couturiers Azzedine Alaïa, Marc Jacobs, etc.
                  La seconde partie s'ouvre sur les images de l'exposition Jean Prouvé à la galerie Sonnabend à New York, puis sur celles de toutes les expositions Jean Prouvé organisées par la galerie Patrick Seguin en France et à l'étranger (Biennale d'architecture de Venise, Gagosian Gallery Los Angeles, 10Corso Como Comme des Garçons Tokyo...).
                  Elle se termine par un reportage qui rend compte de l'omniprésence du mobilier de Jean Prouvé chez les plus grands collectionneurs d'art internationaux.
                  Une biographie détaillée de Jean Prouvé, rédigée par sa fille Catherine Drouin-Prouvé, constitue la troisième partie du livre.
                  Un quatrième volet introduit par une interview de Raymond Guidot, historien du design, propose un catalogue du mobilier de Jean Prouvé par Catherine Coley, historienne d'architecture et directeur scientifique du présent ouvrage.
                  Cette nomenclature, inédite à ce jour, analyse les différentes typologies de meubles, précisant à chaque fois dates, intitulés d'origine, caractéristiques techniques, provenances...
                  Ces pages sont abondamment illustrées de plans, croquis, photographies d?époques, ces archives provenant de la famille Prouvé, du Centre Pompidou et de fonds privés.

                  Jean Prouvé, designer
                  26,01 €

                  Pourquoi un nouvel ouvrage sur Jean Prouvé ? Est-il encore possible d'ouvrir des pistes de recherche autour de son travail intemporel ? Tandis que certaines de ses pièces industrielles ont intégré les collections des musées d'art moderne et contemporain, Prouvé est unanimement salué pour l'engagement qui a soutenu sa démarche et l'originalité de ses contributions à la modernité. De fait, n'est-on pas
                  fondé à pressentir chez cet esprit novateur capable d'aborder les différentes échelles de conception, de l'objet jusqu'à la grande structure, un designer ? Cet ouvrage développe cette hypothèse grâce aux témoignages de professionnels, aux contributions de chercheurs, à la publication de textes inédits et aux productions de jeunes designers qui montrent par leur travail la capacité à se renouveler inscrite dans la démarche de Prouvé.

                  Livre broché + CD-ROM

                  Jules et André Leleu
                  160 €

                  Par Viviane Jutheau aux éditions Vecteurs

                  Comme neuf !

                  Kem Weber, Designer and Architect
                  48 €

                  For German-born Kem Weber (1889-1963), design was not about finding a new expression; it was about responding to ''structural, economic, and social requirements... characteristic of our daily routine of living.'' He sought to ensure that each design he produced-whether a piece of furniture or a building or an interior-was an improvement that responded to modern needs and modern life. Weber was a leading figure of modernism on the West Coast from the 1920s through the early 1950s, and his work greatly influenced the California style of the time. His most iconic designs were his Bentlock line, the Air Line chair, the interiors for the Bixby House, and his tubular-steel furniture for Lloyd.

                  This book, a result of significant new primary research in the Weber family's archives, represents the first major study of the life and career of this important designer. Christopher Long details the full range of Weber's contributions, focusing particularly on the part he played in the advancement of American modernism, and his role in heralding a new way of making and living.

                  Christopher Long is professor and chair of history/theory at the University of Texas at Austin School of Architecture.

                  La Jieldé et Jean-Louis Domecq
                  28 €

                  Ce livre richement illustré raconte l'histoire de la lampe Jieldé et de son créateur. En 1953, à Lyon, l'ingénieur mécanicien Jean-Louis Domecq bouleverse l'univers de l'éclairage industriel en inventant une lampe articulée, idéalement adaptée au travail en atelier.

                  La Jieldé, d'après les initiales de son créateur, concentre tous les atouts qui manquaient jusqu'alors au luminaire présent sur les machines-outils.
                  Posée sur un socle tournant à 360 degrés et complètement articulée, l'innovation principale de cette lampe hors du commun réside dans son fonctionnement électrique : les fils ont disparu, remplacés par des contacts ondulés en chrysocal qui font circuler le courant au sein des articulations ! Belle à l'extérieur avec sa silhouette en zigzag, révolutionnaire à l'intérieur, la Jieldé a traversé le temps, glissant doucement des ateliers de mécanique au salon des particuliers dans lequel elle s'invite dès le début des années 80.

                  Décédé en 1983, Jean-Louis Domecq connaîtra à peine cette évolution. C'est sa fille, Marie- Françoise Domecq qui, prenant sa suite, va poursuivre le développement de la lampe dans l'univers de la décoration et l'accompagner vers son statut d'icône, avant de laisser les rênes de la société Jieldé, en 2001, à Philippe Bélier, son actuel P-DG.

                  Devenue un objet culte du mobilier industriel, la Jieldé bénéficie de la même aura que ses contemporaines, les lampes Gras, Luxo-L1 ou encore Tizio.
                  Mais contrairement à ses illustres comparses, elle ne résulte pas de la réflexion d'un designer, mais du coup de crayon d'un chef d'entreprise motivé par la seule obsession de répondre à son propre besoin en éclairage ainsi qu'à celui de sa clientèle. Par l'histoire de sa création et son évolution, la Jieldé occupe ainsi une place à part dans l'univers du luminaire contemporain.

                  Mathilde Perrin (Photographe)

                  La Lampe Gras
                  58 €

                  La lampe Gras a une place inédite dans l'histoire du luminaire. Conçue et fabriquée en 1921, elle inaugure un genre nouveau de système d'éclairage dont la vocation est de satisfaire aussi bien le monde de l'industrie que le secteur tertiaire en plein essor. A géométrie variable et aisément adaptable au gré des besoins de chacun, la lampe Gras est à même d'éclairer de la façon la plus performante les machines-outils, les planches à dessin, les bureaux, les laboratoires et jusqu'au bloc opératoire du paquebot Île-de-France. Répudiant tout maniérisme ornemental, son créateur, l'ingénieur Bernard-Albin Gras, l'a dotée d'une esthétique relevant de cette adéquation parfaite du dessein et du dessin, qui fonde ce qu'on appelle aujourd'hui le design. Comme telle, son succès fut immédiat, au point de susciter interprétations et imitations, notamment chez les membres du Bauhaus fascinés par cet incunable de la modernité. Mais il revient à Le Corbusier de lui avoir conféré une aura particulière, voyant en elle, selon ses propres termes, un '' objet-outil '', réduit à sa pure fonctionnalité, un , '' objet type '' dont il a fait bénéficier son agence comme ses réalisations architecturales. À sa suite, Robert Mallet-Stevens, Eileen Gray, Michel Roux-Spitz, Sonia Delaunay, Georges Braque et tant d'autres figures de l'avant-garde Pont adoptée, contribuant à la faire entrer dans la légende. Cette carrière prestigieuse se double d'un succès plus anonyme dans le monde du travail, exceptionnel par le volume de ses commandes comme par sa durée. Il n'est guère d'autre exemple de lampe qui, sans modification majeure, ait été éditée pendant plus d'un demi-siècle. Après quelques décennies d'éclipse, la lampe Gras retrouve une notoriété auprès d'une nouvelle génération d'architectes, de décorateurs et de collectionneurs, fascinés par cet objet de la première modernité au même titre que les meubles de Le Corbusier, Herbst, Prouvé et Perriand. Cet ouvrage retrace l'histoire d'une invention et d'une aventure industrielle, mais il se veut aussi une promenade à travers les choix esthétiques de l'entre-deux-guerres et ceux, plus éclectiques, du temps présent.

                  Leleu, décorateurs ensembliers
                  102 €

                  Installée dans un prestigieux hôtel avenue Franklin-Roosevelt à Paris, Leleu fut une maison vedette de la décoration française, des années 1920 à 1948, sous la houlette de Jules Leleu, puis dans les années 1948-1970, d'André Leleu et de sa famille. Le style Leleu, né avec les débuts de l'Art-Déco, évolue avec les époques jusqu'en 1973. Décorateurs, créateurs de meubles et de textiles, les membres de la famille Leleu laissent un nom synonyme de luxe, de création française au plus haut niveau de qualité.

                   

                  Lightopia
                  89 €

                  Lightopia investigates the development of light design, taking a novel perspective by placing the current paradigm shift in the larger context of cultural history. The starting point for the book is the Vitra Design Museum's extensive, never before seen lighting collection, from which particularly rare and important pieces are reproduced here-by designers such as Charlotte Perriand, Le Corbusier, Achille Castiglioni and Gino Sarfatti. Parallel to these works, contemporary examples from the fields of design and art explore the current developments and transitions in light design: from new illumination concepts and innovative light designs to dynamic urban street lighting and energy efficient multifunctional (media) facades up to art installations and light experiments. Lightopia looks at natural phenomena and new technologies as well as exploring the fundamental emotional power of light. The spectrum of works surveyed extends from light objects inter alia by Troika and Mischer Traxler up to installations by Olafur Eliasson. These art and design objects are juxtaposed with exhibits from different cultural-historical contexts, which all allude to light's various symbolic connotations and speak of people's ongoing fascination with light throughout the ages.