zoom

Matégot Mathieu, du design à la tapisserie

De Mathieu Matégot, qui fut l'un des designers les plus connus des années 50, le public ne connaît généralement que quelques meubles emblématiques, fruit de son travail sur la tôle perforée ou le rotin : la chaise Nagasaki, le porte-revue Javaou encore le fauteuil Férotin... Cet artiste d'origine hongroise, créateur, entrepreneur et décorateur, a pourtant fait preuve d'une grande productivité pendant près de quarante ans, jouant avec la matière, la forme et la couleur aussi bien dans ses créations de meubles, de 1945 à 1959, que dans l'art de la tapisserie, auquel il commence à s'intéresser dès 1939 et qu'il exercera jusque dans les années 80.
Mathieu Matégot est peut être d'abord l'inventeur d'un véritable langage, dont les deux supports sont le Rigitulle, une tôle perforée qu'il a brevetée et qui lui permet de déployer, par un système de plis, son métal perforé dans l'espace, ainsi que le ''férotin'', alliance équilibrée de métal et de rotin. C'est aussi un promoteur efficace de ses créations, qui développe sa propre société afin de maîtriser sa production, fait diffu-ser ses meubles à l'étranger, notamment au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, et participe régulièrement, durant les années 50, aux plus grands Salons, tels que le Salon des arts ménagers ou le Salon des artistes décorateurs.
Très sollicité, il est amené à répondre à de nombreuses commandes, publiques ou privées : le restaurant végétarien La Saladière, à Paris, une partie du Drugstore des Champs-Elysées, deux foyers bars à la Maison de la radio, un aérodrome à Casablanca, mais aussi de nombreuses tapisseries pour Air France, le consulat de France à New York, et enfin une tapisserie de 85 m2 , à l'époque la plus grande du monde, pour le conseil général de Seine-Maritime.
Cet ouvrage écrit par Patrick Favardin, spécialiste des arts décoratifs de la seconde moitié du XX e siècle, revient sur l'en-semble du parcours de Matégot, de sa découverte du métal perforé, pendant la Seconde Guerre mondiale, à ses dernières tapisseries des années 80. Grâce à de nombreux documents d'époque provenant notamment des archives familiales, il aide à mieux comprendre la genèse de ses créations, mais aussi à découvrir comment l'artiste contrôlait avec finesse la production et la diffusion de ses oeuvres en organisant ses prises de vue, en éditant ses brochures...
Il permet avant tout de redécouvrir une oeuvre riche et variée, qui fait indéniablement de Mathieu Matégot l'un des plus grands créateurs de la période des Trente Glorieuses.

Patrick Favardin est historien et critique d'art. Ses travaux portent essentiellement sur les arts décoratifs de la seconde moitié du XX e siècle. Galeriste, commissaire d'exposition, il est également l'auteur de nombreux ouvrages sur des mouvements artistiques ou des figures emblématiques des arts décoratifs. Il est l'auteur, aux Editions Norma, de Les Décorateurs des années 50, Les décorateurs des années 60-70, La lampe Gras, Jean-Michel Frank.
Un décorateur dans le Paris des années 30, Jean Derval, céramiste et sculpteur, Kristin Mckirdy céramiste.


ISBN/EAN
9782915542691
Format
230 x 310
Année
2014
Pages
352
  • 65 €

Quantité



Catégories : boutique, Arts décoratifs & Design,