zoom
Cahiers intempestifs n°14    «De petites choses.» Autour de l'architecte Jean Prouvé

Cahiers intempestifs n°14 «De petites choses.» Autour de l'architecte Jean Prouvé

Revue d'Art dont la vocation est de réunir artistes et auteurs, par des ouvres originales et en un projet commun.

''Cette éditions des Cahiers intempestifs est née d'un projet longtemps nourri en moi de confronter le regard d'amis plasticiens, photographes ou écrivains à cette poétique du quotidien que j'éprouvais à chacun de mes séjours dans la maison de Beauvallon construite par Jean Prouvé en 1962.'' Bernard Collet

Les premières lignes :
''Elle était entrée dans ma vie sans fracas, un chat la nuit dans un grenier, dont insensiblement l'odeur me serait devenue familière et la respiration quelque chose d'intime. Au début j'étais fou: je pensais à des images entraperçues ailleurs, ou bien à des chansons oubliées, ou à des fleurs peintes sur un vase de Chine, à toutes ces choses anodines et douces qui nous bercent longtemps et qui, sans que nous y prenions garde, finissent par déposer au fond de nous une empreinte durable, presque éternelle.
Elle, c'est cela qu'elle était: éternelle. Et moi, je le savais. Avant même qu'elle ne croise mes pas je le savais, puisque je la cherchais partout. Mais il fallait qu'elle meure et m'oublie, alors même que je consentais à me laisser dévorer par elle.

Tout un été nous avons habité dans une maison étrange dont je n'ai jamais su si elle lui appartenait, un vaste espace au coeur des bois, un assemblage d'acier, de verre et de béton. La lumière y était insensée.
Chacun avait sa chambre - sa cellule devrais-je dire, car elle y tenait beaucoup, à cette idée de cellule : la maison répartissait ses volumes autour d'un grand séjour où nous nous retrouvions, et partout ailleurs des espaces autonomes, clos, abritaient nos solitudes. Là, tout était magique. Il nous était possible de demeurer dans le noir absolu, comme de laisser pénétrer la dure lumière du soleil à l'aide de panneaux coulissants. On se croyait seul, nous étions deux. Je la croyais à mes côtés, il n'y avait qu'une araignée, ou un grillon, qui devinrent mes amis. Sa cellule m'était interdite. La mienne, je la lui ouvrais. Elle y venait parfois, et nous nous dévorions, moine et nonne lubriques, dans le noir des taupes ou l'intense lumi­nosité des couleuvres. Devant les grandes baies vitrées une végétation préhistorique incitait au silence.''

1000 exemplaires sur vélin de Lana
Textes composés en Garamond
Magnifique ''livre-objet'', feuillets présentés sous plexiglass


ISBN/EAN
9782911698514
Format
230 x 285
Année
2004
Pages
56
Editeur
CAHIERS INTEMPESTIFS
Auteur(s)
Bernard Collet
  • 53 €

Quantité



Catégories : boutique, Foreign languages,